Une autre étape pour le Costumier

Après les centaines d’emplois supprimés la semaine dernière par la direction de la SRC, c’est aujourd’hui que Radio-Canada doit officiellement fermer le Costumier. Les employés qui y travaillaient encore malgré la fermeture des locations de costumes au public, le 5 décembre dernier, doivent être licenciés ou déplacés dans d’autres fonctions.

On ignore toujours ce qui adviendra de la majeure partie des 90 000 costumes et accessoires de l’entrepôt de Radio-Canada. Plusieurs des personnalités qui ont participé à notre campagne vidéo ont toutefois souligné l’importance que ces costumes ont eue dans leur enfance et dans le développement de leur imaginaire.

J’aime Radio-Canada profite de cette journée pour rendre hommage aux employés de notre diffuseur et producteur public, car comme le souligne Marie Grégoire, pour créer des émissions, il faut des équipes dévouées aux multiples talents : « Des maquilleurs, des coiffeurs, des recherchistes, des perchistes, des caméramans, des techniciens : des gens qui se passionnent à livrer un produit de qualité. »

 

 

« Démanteler Radio-Canada, c’est affaiblir notre identité collective » Sylvain Lafrance

Bien connu dans le monde des communications, tant au Québec qu’à l’étranger, Sylvain Lafrance a fait une longue carrière à Radio-Canada et en a dirigé l’ensemble des services français radio-télévision-Internet de 2005 à 2011. Il est à l’origine de plusieurs créations dont la populaire plateforme TOU.TV. Il est professeur associé et directeur du « Pôle Médias et Management » à HEC Montréal.

« Démanteler Radio-Canada, c’est affaiblir notre identité collective et notre capacité de comprendre et de construire le monde »

                                                                                                                                                                                       Sylvain Lafrance

 

Yolande James aime Radio-Canada !

Yolande James est une femme politique québécoise. Elle a été députée de la circonscription de Nelligan à l’Assemblée nationale du Québec de 2004 à 2014 dans le caucus libéral. Elle a été ministre dans le gouvernement Charest de 2007 à 2012.

Elle est présentement analyste politique à la télévision de Radio-Canada depuis septembre 2014.

Me Louise Boyd aime Radio-Canada !

Membre du Barreau depuis 1986, Me Louise Boyd est une avocate de cœur et une activiste. Avocate engagée, elle a toujours su conserver son intérêt particulier dans la défense des droits des jeunes, des femmes et des personnes aînées.

Me Louise Boyd est l’une des cofondatrices de la Clinique juridique Juripop et, dès 2009, elle sut reconnaître la passion des étudiants en droit et crut inconditionnellement au bien-fondé du projet.

Pour elle, couper le financement public de Radio-Canada, c’est limiter l’accès à la culture et nous priver d’informations sur des sujets souvent ignorés par les autres médias.

« Si on enlève ses moyens à Radio-Canada, qu’est-ce qui va nous rester ? »

André Sauvé aime Radio-Canada !

L’humour d’André Sauvé entre par les oreilles, se fraie un chemin par les neurones puis descend dans l’abdomen sans laisser aucune chance de lui résister.  Il est assurément un homme d’exception.

Au-delà du fait que sa folie créatrice et son énergie motrice nous désarçonnent, André Sauvé s’inquiète que Radio-Canada ne soit plus en mesure de nous suivre et de nous offrir l’information de qualité qui nous permet de ne pas rester dans l’ignorance.

Georges Laraque aime Radio-Canada

Georges Laraque est un vétéran de la Ligue nationale de hockey qui a évolué pendant 13 ans au sein des Oilers d’Edmonton, Coyotes de Phoenix, Penguins de Pittsburgh et le Canadien de Montréal. On le surnommait « The Rock ».

Au-delà de sa carrière de hockeyeur, Georges Laraque est un citoyen engagé dans sa communauté au sein d’organisations caritatives comme la Fondation Mira, Team In Training et à l’international, Vision Mondiale. Pour lui, Radio-Canada doit demeurer accessible à tous les citoyens qui n’ont pas nécessairement les moyens d’avoir Internet.

Guylaine Tremblay aime Radio-Canada!

La comédienne Guylaine Tremblay est une des personnalités les plus connues et aimée au Québec. Radio-Canada a changé sa vie, sa façon de rêver, de réfléchir, de rire. Elle n’a qu’un souhait, c’est que le diffuseur public puisse continuer à jouer un rôle essentiel pour elle et surtout pour les jeunes générations.

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec, elle s’est d’abord fait connaître dans La Petite vie et Histoires de filles. Par la suite, elle change de registre avec le téléroman Emma qui l’amène notamment vers le rôle-titre d’Annie dans le populaire série Annie et ses hommes, et plus récemment, son rôle dans Unité 9. Elle a été récompensée par de très nombreux prix tant pour son travail au petit, qu’au grand écran ainsi qu’au théâtre. 

« J’étais Radio-Canada, Je suis Radio-Canada et Je serai Radio-Canada » Alain Saulnier

« En 2014, l’émission Enquête a perdu 20% de son équipe journalistique alors que sa contribution à notre santé démocratique et économique est indéniable. »
Alain Saulnier

Longtemps directeur de l’information à Radio-Canada, Alain Saulnier est un leader rassembleur et engagé possédant un grand sens de l’éthique. Journaliste de profession, il milite pour un journalisme de qualité. Il est à l’origine du premier Guide de déontologie de la profession journalistique au Québec.

Il a permis à Radio-Canada de développer une vision de l’information misant sur le journalisme d’enquête, ce qui a contribué à lever le voile sur des scandales, la corruption, le financement occulte et d’autres sujets d’intérêt. Il est aujourd’hui professeur invité au DESS en Journalisme à l’Université de Montréal.

Stéphane Archambault aime profondément Radio-Canada

Stéphane Archambault est un artiste multidisciplinaire diplômé de l’École Nationale de Théâtre en 1995 qui se spécialise en interprétation, en peinture et en chant avec son groupe Mes Aïeux.

Il est aussi un grand défenseur de notre radiodiffuseur public et pour lui la Société Radio-Canada est la colonne vertébrale de la culture francophone en Amérique du Nord. La démanteler, c’est nuire à l’expression de notre identité !

 

Vibrant témoignage d’Anne-Marie-Cadieux sur l’importance de Radio-Canada pour les francophones d’Amérique

Anne-Marie Cadieux se démarque au Québec et à l’international depuis plusieurs années grâce à une carrière active et polyvalente tant au théâtre, qu’au cinéma et à la télévision.  Elle nous livre ici un vibrant témoignage sur le poumon, la ligne de vie qui nous relie, le service essentiel qu’est Radio-Canada pour les francophones d’Amérique.

Faire disparaître à petit feu Radio-Canada, c’est faire disparaître, qui nous sommes et ce qui nous unit.